france5.fr

Le vin bio

Émission du 18/10/2013

Sommaire

  • 1

    Le vin bio, la biodynamique : qu’est-ce que c’est ?

    Le bio, on connait. Manger bio, ça veut dire manger sain, respecter l’environnement, le(s) producteur(s), et se respecter soi. Souvent aussi, ça veut dire payer plus cher. Mais boire bio ? Franchement, est-ce encore une recette marketing ? Un nouvel argument pour nous faire acheter plus cher ? Avant de me pencher sur la question, je pensais que le vin bio était une trouvaille des publicitaires …Mais ça, c’était avant ! 

    Le vin bio, un marché prometteur qui cherche encore sa voie.

    « Ce qu’on ne sait pas c’est qu’il y a cinquante ans, tous les vins étaient bio » m’apprend Bernard Burtschy, journaliste et expert en vins et spiritueux à l’avis du vin, au début de mon enquête. En réalité, ce sont les techniques de production en masse qui ont poussé les producteurs à utiliser des pesticides et autres techniques bien loin des processus naturels.

    Culture et respect de la terre  

    Aujourd’hui, ce qu’on appelle le vin bio, c’est donc celui qu’on buvait il y a 50 ans et plus. Un vin cultivé dans le respect de la terre, du viticulteur et du consommateur. Attention, ça ne veut pas dire qu’on n’utilise pas de pesticides. Cela veut notamment dire que ces derniers sont naturels, comme le cuivre. Pour tout savoir sur le vin bio, je vous recommande l’excellent guide de Jean Natoli, œnologue, viticulteur et créateur du Cabinet de conseil et laboratoire Natoli&Cœ que vous retrouverez dans le premier reportage de Maxence Kerebel.

    Un nouveau cahier des charges européen

    Comme il l’explique dans son ouvrage, l’appellation bio est désormais très réglementée. Tandis que de 1991 à juillet 2012, la réglementation portait uniquement sur les techniques culturales appliquées à la vigne, et pas sur la vinification, à partir du 1er août 2012, le réglement européen est étendu à la vinification biologique, ce qui permet la mise en vente de vins étiquetés "vin biologique".

    A partir de la récolte 2012, seuls les vins respectant le nouveau cahier des charges européen de la vinification biologique pourront porter la mention bio. Seuls les millésimes datant d’avant 2012 pourront continuer d’être vendus avec la mention « vin issu de raisin bio ».

    Viticulteurs raisonnés

    Notons également qu’entre la viticulture traditionnelle et la viticulture bio, il existe la viticulture raisonnée. Pour ceux qui veulent produire leur vin dans un esprit naturel, respectueux de la nature, l’environnement, du viticulteur et du consommateur, mais pour qui le bio est trop dur, trop risqué économiquement et trop exigent, surtout quand les millésimes sont difficiles.

    Une production qui reste onéreuse

    Edouard Parinet, du château du Moulin à vent, fait partie de ceux-là et c’est sur le plateau de la Quotidienne qu’il explique son positionnement « Les contraintes de l’agriculture biologique peuvent paraître exagérées dans certaines formes de leur application, dans un certain discours manichéen qui les entoure, dans la recherche d’un absolu, notion qui n’est pas nécessairement le propre de la nature » « Et puis économiquement c’est très dur de maintenir le cap bio »

    Au cours de mon enquête j’ai eu le grand plaisir de m’entretenir à plusieurs reprises avec Jean-Michel Deluc, expert sommelier et fondateur du Petit Ballon, un site dédié à la découverte de nouveaux crus pour ses abonnés, qu’ils soient néophytes ou amateurs, mais qui partagent une passion commune, celle du bon vin.

    L'important reste le goût

    Ancien sommelier du Ritz, M. Deluc a servi la Reine d’Angleterre, et déguste beaucoup de grands vins. Le goût c’est son domaine. Il m’explique « Ce qui compte pour moi c’est le goût. Une fois que j’ai sélectionné un cru, si j’apprends qu’il est bio, je suis heureux. Mais ce n’est pas une fin en soi.» 
    Ainsi, après tout ce que j’ai lu ou entendu sur le vin bio, je retiens que c’est le goût qui prime sur tout le reste ; et la consommation avec modération bien sûr !

    Sarah Aboulkheir

     

     

     

     

Publicité