france5.fr

Médias, le magazine

Émission du 06/10/2013

Sommaire

  • 1

    SOMMAIRE

    Thomas Hugues reçoit Vincent Cespedes, Frédéric Joly et Marie Drucker.

    L’actu médias

    En première partie, les quatre spécialistes de l’émission analysent et commentent le traitement médiatique des faits marquants de la semaine.

    Le check-point de Laetitia

    Dans le Journal du dimanche du week-end dernier, le lobbying des « acteurs de la vigne et du vin » s’est offert une page, sous forme de communiqué, afin de dénoncer le « combat contre le vin ». Mais le plus improbable, c’est le visuel : on y voit le président de la République en pleine dégustation de vin. L’Elysée a-t-elle autorisé l’exploitation de cette photo ? Retour sur un communiqué pas comme les autres.

    Le débat : pourquoi la téléréalité marche encore ?

    Aujourd’hui, ce sont les candidats des émissions de téléréalité qui font la une des journaux. Une consécration médiatique engendrée par ce genre télévisuel. Certaines chaînes, comme NRJ12, n’hésitent pas à parier sur ce type de programmes. L’audience sur les 15-24 ans montre que les jeunes se reconnaissent dans cette téléréalité. Pourtant, comment s’identifier à des candidats issus d’usines à casting ? Ces participants sont-ils à l’image de la jeunesse française ? Quel est l’impact des réseaux sociaux dans cette quête à la célébrité précaire ?
    Invités : Vincent Cespedes, philosophe, et Frédéric Joly, producteur de L’île des vérités sur NRJ 12.

    Le coup de com’ de la semaine

    La semaine dernière, deux enseignes de bricolage se voyaient interdire l’ouverture de certains de leurs magasins le dimanche. Ce mercredi, les défenseurs du travail dominical se sont donnés rendez-vous devant Matignon. Coup de com’ raté ou réussi ? Réponse avec Laetitia Krupa.

    Invitée média : Marie Drucker
    A partir du 8 octobre à 20 h 45, Marie Drucker présentera sur France 2 le magazine Nous. Un nouveau rendez-vous sur les modes de vie des Français.

    « On ne déconne pas avec la télé ! »

    Cyrille de Lasteyrie propose un regard décalé sur le direct : « on ne déconne pas avec le direct ! ».

Publicité