france5.fr

Le « do-it-yourself » (DIY)  : simple phénomène ou nouvelle manière de consommer ?

Emission du
Conso / Vie pratique

Le « do-it-yourself » (DIY)  : simple phénomène ou nouvelle manière de consommer ?

Déco, bijoux, vêtements, cuisine créative, bricolage. 61% des Français pratiquent le Do It Yourself (ou « faites le vous-même »), selon une étude OpinionWay pour le salon Créations et Savoir-faire de septembre 2013. Décryptage du phénomène.

La forme dite contemporaine du « faites le vous-même » remonte à 1968 et naît au sein de la communauté hippie de Bay Aera aux Etats-Unis avec le lancement du Whole Earth Catalog par un certain Stewart Brand. Il s’agit d’un catalogue pratique regorgeant d’informations pour tout faire soi-même (matériel, conseils pour acheter pas cher, livres, plans de maisons et de machines…). La tendance aujourd’hui se renouvelle. 20% des Français se définissent comme des créateurs réguliers, 41% à titre occasionnel. Les jeunes sont les plus concernés : 61% des 18-34 ans pratiquent le Do it yourself ou le DIY, 58% chez les 25-34 ans. « On observe par ailleurs une égalité parfaite entre la région parisienne et la province d’où proviennent les 54% des français créatifs », note l’étude. Et toutes les catégories socioprofessionnelles sont représentées : 56% des Français issus des catégories, supérieures ou inférieures, se sentent créatifs.

Mais que fabriquent-ils précisément ?

Upcycling, bricolage, cuisine créative, rénovation, mais aussi couture, création vestimentaire, customisation. La jeune génération apprécie le recyclage et le détournement d’objets. Comme le note une étude sur les attentes des consommateurs, changements de comportement et révolution digitale, menée par le CREDOC en novembre 2012, « Les jeunes générations (nées entre 1977 et 1996) : recherchent l’usage plutôt que la propriété et favorisent la seconde vie des objets ». 37% des sondés considèrent que recyclé c’est créer, note Ronan Chastellier, sociologue chargé de commenter l’étude OpinionWay.

Pourquoi le pratique-t-on ? « En fait, on a toujours essayé de faire soi-même des choses, de fabriquer, de construire. Ce besoin, ce rapport à la matière, est élémentaire. Aujourd’hui on assiste à la redécouverte de cette « pulsion créatrice », qui devient une valeur refuge en ces temps de crise », note Ronan Chastellier. Le sondage OpinionWay de juin 2013 révèle que 93% des sondés estiment que le faire soi-même remonte le moral. « Sans se révéler être un grand artiste, le DIY permet à chacun d’exprimer son potentiel, que ce soit dans le bricolage, ou dans la cuisine. Avec ces astuces déco -comme le scrapbooking-, on a envie de réenchanter la réalité, et donc son quotidien. Tout cela va contribuer à notre épanouissement », analyse Ronan Chastellier.

Un argument économique, mais pas seulement

On pourrait croire que par temps de crise c’est exclusivement la nécessité économique qui pousse ces nouveaux créatifs à fabriquer leurs meubles ou leur décoration. Si l’argument économique est bien présent : 60% des sondés déclarent vouloir payer moins cher, il n’est pas le seul. 39% d’entre eux cherchent à « apporter un caractère original et non standardisé à une création », 18% à « détourner l’usage d’un objet », et 16% d’entre eux à « privilégier le made in France ». « Les gens ont appris à vivre avec la crise, et ne se laissent pas avoir par le pessimisme ambiant. Au contraire, ils cherchent des astuces, des solutions, de nouveaux modes de consommation. Et surtout à devenir acteur. Le Do It yourself en est une des démonstrations. Et c’est plutôt bon signe », se réjouit Ronan Chastellier. Le CREDOC note d’ailleurs qu’après chaque crise, certaines tendances s’accentuent. En 2010, il s’agit de « la réalisation de soi autonome », autrement dit la recherche de sens (achat de fruits de saison, de produits bio, commerce équitable), l’achat malin, et le Do It Yourself (bricolage, jardinage, cuisine).

Personnaliser ses objets

Claire Clerc, décoratrice d’intérieur n’exerce que depuis un an, et constate l’engouement chez ses clients. « Ils veulent des choses personnalisées, des intérieurs uniques, et faits par leurs soins. Je leur donne des modes d’emplois pour qu’ils parviennent par eux-mêmes à créer quelque chose qui leur ressemble ». Car si 61% des Français sont séduits par la pratique, d’autres disent manquer de confiance. 51% des Français pensent qu’ils ne savent pas faire, ont peur de se lancer dans la création ou ne trouvent pas de modèles simples, selon l’étude OpinionWay. Il existe pourtant bon nombre de tutoriels, et la toile regorge de blogs pour trouver des idées faciles à réaliser. Petite compilation non exhaustive : pour fabriquer un râteau comme porte-verre, ou encore pour les plus aventureux une barque en lit. Ou pour réaliser une lampe avec des cintres.

Sarah Belhadi
@Sbel01

Publicité

Crédits