france5.fr

Savon d'Alep : attention aux arnaques !

Emission du
Thématiques

Savon d'Alep : attention aux arnaques !

Toujours là pour vous guider vers le bien-être, notre chroniqueuse Charlotte vous propose aujourd’hui de découvrir les vertus du savon d’Alep. C’est le plus vieux savon du monde (3 500 ans), il est à l’origine de tout ce que nous connaissons aujourd’hui, comme par exemple le savon de Marseille. Ce savon garde en lui un savoir-faire traditionnel et ancestral, si bien qu’il se fait rare. Comment être sûr de faire le bon achat et de reconnaitre le savon d’Alep véritable et non un dérivé pétrochimique ? Toutes les réponses dans la nouvelle chronique de Charlotte.


Les vertus du savon d’Alep : bien plus qu’un nettoyant

C’est un produit de soin dermo-protecteur, adoucissant, polyvalent pour la toilette du visage, du corps et des cheveux. Ses vertus dermatologiques du fait de sa composition sont d’ailleurs reconnues par les dermatologues.

Mais attention aux contrefaçons, car sa réputation attire les convoitises et beaucoup de savons sont de mauvaise qualité et il n’y a malheureusement pas de contrôle obligatoire ou de certification pour le produit.

Comment reconnaitre un bon savon d’Alep ?

Le savon est fabriqué à partir de 4 ingrédients : de l’huile d’olive, de l’huile de baie de laurier, de l’eau et de la soude naturelle. Il ne doit pas contenir d’adjuvant, de conservateur ou de parfum. Évitez donc par exemple le savon sous forme liquide, car il va contenir des produits chimiques en plus pour stabiliser le produit.
 

Premier critère : 2 huiles

L’huile d’olive pour hydrater et de l’huile de baies de laurier pour purifier.
C’est un savon pur 100 % végétal, il ne doit pas contenir de graisses minérales ou animales, sans gras de bœuf, ni de porc.
Attention par exemple au sodium Tallowate et au sodium lardate fabriqués à partir de graisses animales qui ont tendance à boucher les pores, à empêcher la peau de respirer et à entraîner des boutons, des rougeurs…
Vérifier également sur le savon que les huiles sont de « première pression à froid ». Ca signifie qu’elles n’ont pas été chauffées et donc dénaturées et qu’elles conservent tous leurs principes actifs.
 

Deuxième critère : vérifier le taux de soude

La soude permet de rendre le savon solide, dur. Mais attention au taux de soude utilisé, car s’il est en trop grande quantité, le savon va assécher la peau et l’agresser.
La teneur en soude du savon doit être faible : en dessous de 0,5 % de soude naturelle, issue de la mer.
 

Troisième critère : le % d’huile de baies de laurier



Il existe plusieurs dosages qui vont de 5 % à 80 % (le royal) en passant par 12,5 %, 25 %, 40 %... Plus le % est élevé plus le savon sera purifiant pour traiter par exemple des problèmes de peau grasse, de points noirs et de pellicule. Le savon d’Alep est recommandé pour tous les types de peau, voici quelques indices pour choisir la bonne composition.

- Peaux sensibles, sèches : Faible % ex= Entre 5 et 15 % (eczéma)
- Peaux mixtes, un % moyen entre 15 % et 25 %
- Peaux grasses et/ou à problèmes : il faut privilégier un fort %. Entre 25 et 40 %. 40 % pour les acnés sévères.
 

Quatrième critère : le sceau en arabe.

Le vrai savon d’Alep est estampillé d’un sceau, un cachet rond et en arabe sur l’une des deux faces. Les fabricants tamponnent leurs savons encore mous avec un marteau qui appose le sceau. En général il y a 4 lignes qui donnent des informations sur la qualité du savon fabriqué, le nom du maître savonnier, le numéro de licence et le nom de la ville Alep. Sur les faux savons, ce sceau est souvent remplacé par l’inscription « savon d’alep » ou « aleppo soap » en lettres latines pour faire authentiquement culturel, mais c’est du faux.
S’il y a des inscriptions en lettre latines, car c’est parfois une condition pour pouvoir vendre à l’export, elles doivent être utilisées en + du sceau en calligraphie arabe.
 

Cinquième critère : l’odeur et la couleur


La couleur du vrai savon d’Alep, c’est un brun doré beige à l’extérieur et vert émeraude foncé soutenu à l’intérieur
Côté odeur, on reconnait ce savon à son parfum caractéristique qui provient du laurier.
 

Sixième critère : le test de flottaison

Contrairement aux savons classiques, le savon d’Alep flotte dans l’eau. En revanche si son % d’huile de baies de laurier dépasse 50 % il peut ne pas flotter, car sa densité est différente.
 

Septième critère : l’aspect vieux et authentique

Plus le savon est ancien, vieux et sec, plus il aura de vertus. C’est le signe d’une bonne maturation. Il a un aspect cube brut, évitez les savons tout lisses et aux contours nets, souvent le signe de faux savons. Vous pouvez aussi exiger du revendeur un minimum d’informations sur le produit et sa provenance
 

Quel est le bon prix pour un savon d’Alep ?

Le prix dépend du % en huile de baies de laurier et plus la proportion de l’huile de baie est importante, plus le savon d’Alep est cher.
5 % d’huile de baie de laurier – 4euros
25 % - 6 euros
40 % - entre 8 et 10 euros.

Enfin, pensez à le conserver dans un endroit sec à l’abri du soleil.

Vous pouvez retrouver des savons d'Alep d'origine véritable sur le site de Karawan et sur Alepia 

 

Publicité

Crédits